31 mars 2011

Namibie

Capitale: Windhoek
Dead Vlei et la Grande Dune 45,
un paysage surréaliste à 2 km de Sossuflei, une de grandes destinations touristiques de Namibie avec la Côte des Squelettes et Etosha que vous verrez ou découvrirez plus tard!

la Rivière Tsauchab coulant de l'est vers l'Océan se vide dans le Dead Vlei (le marais mort), à sec la plupart de l'année. Les bassins peu profonds sont ainsi devenus de plus en plus rares et parfois plusieurs années s'écoulent entre une inondation et la suivante. Après un changement climatique, la sécheresse a frappé la région et les dunes de sable ont empiété sur le bassin, bloquant la rivière.
Ces dunes fantastiques dont la Dune 45 est la mieux connue, entourent cette grande étendue fantomatique de bassins d'argile blanche séchée, ponctués par ces célèbres acacias épineux, morts depuis 900 cents ans. Ils ne sont pas pétrifiés, la sécheresse environnante empêchant le bois de se décomposer!
Une fois l'eau absorbée, le sable se craquèle et conserve les empruntes des animaux pendant longtemps! Ces patchs de sable deviennent si secs et denses que j'en ai ramassé un pour garder une empreinte de félin!

Dead Vlei, Dune 45
A surrealistic landscape, 2km from Sossusflei! One the best knowk places in Namibia with the Skeleton Coast and Etosha, you will see or discover soon!
 

The seawest-flowing Tsauchab River emptying into Dead Vlei (dead marsh) is dry most of the year. The temporary shallow pools have thus become increasingly rare and sometimes several years pass between one flood and the next. After a climate change, drought hit the area and sand dunes encroached on the pan, which blocked the river from the area.
Those fantastic dunes of which Dune 45 is best known, surround this large ghostly expanse of dried white clay pans, punctuated by those famous 900 hundred years old camel-thorn trees. They are not petrified: the wood does not decompose because it is so dry! Once the water has receded, the sand cracks and keep animals prints for a long time! The sand patches have become so dry and dense that I picked one up to keep a cat's print!





Moongateclimber, Wikipedia

Sur la route, vers la Côte, les collines désertiques avec un Oryx, grande antilope des région désertiques de l'ouest, en Afrique australe:

A gemsbock:
It is native to the arid regions of the Kalahari Desert and southern Africa


Le Welwitschia mirabilis
est la seule espèce du genre Welwitschia et de la famille des Welwitschiacées. Nommée en l'honneur du Dr. Friedrich Welwitsch qui l'a découverte en 1860, elle est endémique des déserts côtiers de Namibie et d'Angola (Désert de Namib). Elle est constituée dedeux grandes feuilles linéaires qui croissent de façon indéfinie dans des sens opposés et dont les extrémités se dilacèrent. Sa longévité est considérable : certains spécimens observés ont entre 1000 et 2000 ans. Comme chez les Cycas, il y des des mâles et des femelles! Hautement spécialisée et unique en son genre, elle survit grâce au brouillard nocturne crée par la rencontre du courant froid Benguela remontant de l'Antarctique et de l'air chaud qui vient du désert namibien pour se disperser par la chaleur du soleil matinal.

The Welwitschia
(in Afrikaans: tweeblaarkanniedood) is a monotypic genus of gymnosperm plant, composed solely of the very distinct Welwitschia mirabilis. It is the only genus of the family Welwitschiaceae and is named after the Austrian botanist Friedrich Welwitsch who discovered it in 1859. The geographic distribution of Welwitschia mirabilis is limited to the Namib desert within Namibia and Angola. As with Cycads, there are males and females! Highly specialised, it survives only thanks to the coastal fog formed when the cold north-flowing Benguela Current from the Antarctica meets the hot air coming from the Namib Desert. The fog develops during the night and is quickly dispersed as the sun gets hotter.




A Swakopmund, une ville importante sur la côte, à 280 Km à l'ouest de Windhoek, On peut louer une montgolfière et découvrir le paysage phénoménal et les dunes à l'aube! Il y a aussi une galerie impressionnante dédiée aux pierres et cristaux, le principal d'une taille si impressionnante, qu'il lui faut toute l'entrée!

At Swakopmund, 280 km west of Windhoek, one can discover a fantastic Crystal gallery among other sites and monuments. There, you can go "air ballooning" and discover the fantastic landscape at dawn, over the dunes!




Le boum des Bombyles

Bombylius major
Bombyliidae, Bombyliinae

Ils apparaissent dès la mi-février par temps doux dans le sud et volent jusqu'en juin.
Le Grand Bombyle ressemble à une grosse mouche du style Tachina ursina ou à une grosse abeille toute ronde pour une très bonne raison: je vois en ce moment les femelles passant ainsi inaperçues, vrombir dans les talus devant les petites trous qui sont les entrées de nids d'autres insectes (abeilles ou guêpes) où elle éjectent leurs œufs... Après éclosion, les asticots se dirigent dans le nid de leurs hôtes pour se nourrir de leurs larves.
L'adulte mesure de 14 à 18 mm de longueur avec une envergure d'environ 24 mm. Il a des taches sombres sur la partie antérieure de la moitié des ailes et de longues pattes velues qui pendent en vol. Ces mouches sont souvent confondues à tord avec les Syrphes.


The Bee fly
They appear from in the middle of February by soft time(weather) in the South and fly until June.
They look like big flies like Tachina ursina or a big round bee for a very good reason: I see now
females going unnoticed, buzzing in banks in front of small holes which are the entrances to other insects nests (bees or wasps) where they eject their eggs... After hatching, the maggots go deep inside their hosts' nest to feed on their larvae. The adult is from 14 to 18 mm in length with a scale about 24 mm. It has dark spots on the half top of the wings and long hairy legs, hanging in flight. These flies are often confused with Hover-flies.

04/03/2011

14/03/2011

Noushka

Araignées, Spiders


Deux Epeires de velours différemment marquées, côte à côte au bout d'une branche de Romarin:

Agalenatea redii
20/03/2011

En voilà une qui mange une petite Cassida rubiginosa (Chrysomelidae)



Petite Pardosa prend le soleil sur une jolie branche recouverte de lichen

19/03/2011

A l'affût dans un fusain. Je l'ai vue manger une Mouche Bibio marci. Richard m'a gentiment une fois de plus aidée à l'identifier! Il faut dire qu'elle n'a aucune marque:

Philodromus dispar

Thomisidae, Philodromidae

25/03/2011



30 mars 2011

Le Grand Zimbabwe

Au sud-est de Masvingo, ces ruines sont certainement les structures les plus anciennes et les plus importantes après celles de Mapungubwe en Afrique du Sud.
Des explorateurs européens les ont découvertes autour de 1870.
L'archéologie moderne a démontré que le Zimbabwe fut tout d'abord occupé par les premiers peuples de l'Âge de Fer au 3ème siècle. Il a été abandonné pour être réoccupé plus tardivement vers la fin du 9ème siècle ou début du 10ème.

The Great Zimbabwe National Monument

in Bantu, Zimbabwe means "stone houses".
- UNESCO World Heritage Site in 1986 -

Southeast of Masvingo, the ruins at Great Zimbabwe are some of the oldest and largest structures located in Southern Africa, and are the second oldest after nearby Mapungubwe in South Africa. It was discovered by European explorers around 1870.
At its peak, it is estimated that Great Zimbabwe had up to 18/20,000 inhabitants. The ruins that survive are built entirely of stone.
These ruins includes also a strong fortress, nearby dwellings, and an elliptically shaped enclosure, commonly called the Temple. The buildings were once richly decorated with stone carvings and gold and copper ornaments. Archaeologists believe that the city was constructed by a local African culture, probably the Shonas with little outside influence or if so, the Arab descent Swahili people.


Photos argentiques scanées



Les ruines restantes sont principalement le mur massif de la Grande Enceinte, construite au 11ème siècle, sa construction se poursuivant pendant plus de 300 ans. Ces murs, hauts de 11 m et se prolongeant sur environ 250 m, sont la plus grande structure antique au sud du Désert de Sahara.

Modern archaeological evidence has shown that Zimbabwe was first occupied by the earliest Iron Age people in the 3d cent. It was abandoned sometime thereafter until it was reoccupied in the late 9th cent. or early 10th cent. The remaining ruins are mainly a massive wall, constructed in the 11th century (and continuing for over 300 years) commonly referred to as the Great Enclosure. It has walls as high as 11m extending approximately 250m, making it the largest ancient structure south of the Sahara Desert.

La grande Enceinte:
The enclore's Great Wall:



Sur le dessus de ce mur, on peut encore voir la décoration en pierres: 

At the top, the stone decorations are still in place!



La Porte principale:
The main gate:




A son apogée, le nombre des habitants du Grand Zimbabwe se situait entre 18 et 20,000. Les ruines restantes sont entièrement construites en pierre et s'étendent sur 7 km ², couvrant un rayon de 160 à 320 km et englobent également une forteresse inclue dans la roche de la colline voisine.
Vue globale de l'ensemble:

Global view of the large city's dominant remains, lodged in the valley and surrounded by hills.
The populace lived in thatched huts - recent ones can still be seen on site - in the vicinity of this large stone-walled enclosure, dwelling of the high rank families.
The ruins span 7 km² and cover a radius of 160 to 320 km:


Photo Wikipedia


Des singes Vervet occupent le terrain et se régalent de cactées:

Vervet monkeys are everywhere, eating cactus plants:




L'Oiseau icone du Zimbabwe, en pierre sculptée, emblème du Zimbabwe.
Il est apparu progressivement sur les drapeaux nationaux et les blasons.
La forme de cet oiseau suggère qu'il représente un aigle bateleur, un oiseau d'importance symbolique, dans la culture Shona. Le bateleur, ou chapungu, est un bon présage: esprit protecteur et messager des dieux. Cet Oiseau du Zimbabwe serait la liaison ancestrale avec le ciel entre le peuple Shona et ses ancêtres
et est parfois appelé Shiri ya Mwari, l'Oiseau Dieu.
 
 The iconic stone carved Zimbabwe Bird is an emblem of Zimbabwe. It has appeared on the national flags and coats of arms. The overall shape of the birds suggests that they represent a bateleur eagle a bird with great significance in Shona culture. The bateleur or chapungu is a good omen, the symbol of a protective spirit and a messenger of the gods. The Zimbabwe Bird is believed to be an ancestral link with the heavens between the Shona and their ancestors and is sometimes called Shiri ya Mwari, the Bird of God:



Exemple de scultures réalisées dans la région:


29 mars 2011

Jaune soleil!

Un petit écart aujourd'hui ou plutôt... un petit entre-chat!, avec ces petites fleurs sauvages ou domestiques; le jaune se marie bien avec le vert en ce début de saison estivale!

Yellow flowers are beautiful on a green background and suit well the beginning of the summer months:

Au cœur de celle-ci, un tout petit hyménoptère halictidae:


Une fleur de genet:

06/02/2011

Coquelicot d'Islande:

11/03/2011

Renoncule:

11/03/2011

Tussilage au bord de l'étang:

18/03/2011

Et pour terminer sur un brin d'entomologie, voici l'Eristale gluante, un important pollinisateur généraliste. Curieusement, sa larve est aquatique et elle respire l'air au moyen d'un long appendice tubulaire déployé vers la surface:
Hoverfly or Dronefly


Eristalis tenax



Et une photo ensoleillée du jardin!


Noushka

Le Bourdon hypnorum

Bombus hypnorum
Apocrite, Apidae

Il y a si peu d'infos sur cette espèce que je n'ai pas trouvé le nom vernaculaire en français... Bourdon des arbres?!

Voici un gros bourdon que je remarque pour la première fois ici. La femelle fait 18 mm, l'ouvrière 14 et le mâles 16.
Un thorax orange bien développé, et un abdomen principalement noir avec le bout blanc! Il butine toujours ces petites fleurs sauvages
un moment puis prend un temps de repos, avant de recommencer à butiner.

J'ai eude la chance de pouvoir le dégager sans lui faire peur pour lui tirer un portrait rapproché:

Tree Bumble bee
This is the first time I see this large bumblebee. The female is 18 mm, the worker 14 and the male 16.
It has a well developed orange thorax and a mainly black abdomen with a white tip. It gathers pollen then rests for a bit, then feeds again. Contrary to many bumblebees, the queen establishes her colony at the beginning of spring as early as March, in a hollow of tree, a former bird's nest or even under roof tiles. The workers are the first ones to be born then males are produced at the beginning of summer. In the warmer regions, there can be a second brood. I was lucky to manage these portraits:

20/03/2011

Contrairement à beaucoup de bourdons, la reine établit sa colonie au début du printemps, dès mars, dans un nid en hauteur, soit dans un creux d'arbre, un ancien nid d'oiseaux et même sous les tuiles de toitures. Les ouvrières sont les premières à naître puis les mâles sont produits en début d'été. Dans les régions plus chaudes, il peut y avoir une seconde progéniture.


Il se pose alors à même le sol, se cache à moitié contre des herbes ou comme ici, sur une feuille morte.


Décollage: donc pas très net, mais on voit bien ses couleurs:


Noushka

28 mars 2011

Le Pukeko

Porphyrio (melanotus) porphyrio
Rallidae
Sous-espèce de Talève sultane, son nom est d'origine maori. C'est un oiseau d'eau de grande taille qui fréquente les terres marécageuses et les pâturages, se nourrissant de divers végétaux palustres ou herbacés. Il se nourrit également d'animaux, principalement d'insectes et d'araignées, mais également de grenouilles, de petits oiseaux et d'œufs.
Cette poule sultane construit son nid sur une plateforme, au sein des herbes ou des blocs rocheux immergés.
Ils sont arrivés en Australie il y a moins de 1000 ans. On suppose également qu'ils sont passés directement d'Australie en Nouvelle-Guinée. Cette capacité à se disperser n'est pas propre à cette sous-espèce, elle est commune à tous les Rallidae du continent puisqu'on les trouve sur les îles plus isolées.


The Purple Swamphen
 

The name Pukeko comes from the Maori language. Its main habitats are swampy lands and pastures, and feeds on diverse swamp or herbaceous vegetation. It also feeds on insects and spiders, frogs, small birds and eggs. The female builds her nest on a grassy platform or immersed rocks. These birds arrived in Australia less than a 1000 years ago. It is also believed they went directly from Australia to New Guinea. This capacity to scatter is not specific to this subspecies: it is a common characteristic to all Rallidae of the continent because they are found on more isolated islands.



Photographiée près des montagnes bleues, à Penrith:

Photographed in Penrith, Blue Montains:
 

Bleu!

Je vous présente ici des photos prises il y a un moment mais que je n'ai pas eu l'occasion de caser dans un article. Alors les voici regroupées sur le thème bleu-mauve... Petit cadeau pour France et OcéandeFleurs!!

On a blue-purple theme, here are some winter and early spring pictures I never had an opportunity to publish.

Vue sur les Pyrénées depuis le jardin, un après-midi ensoleillé de janvier:


22/01/2011


 Quelques véroniques en janvier s'ouvrent timidement aux rayons des journées les plus chaudes:






24 février:
les violettes sont porteuses de petites vies minuscules comme ici, une chenille rikiki! Ne me demandez pas laquelle!:






 Début mars, la très grosse abeille charpentière, aux ailes bleues ou violacées, attaque le printemps à pleines dents!

 Petit mouche verte enjoliveau soleil son joli teint olive!:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...