28 oct. 2015

Le brame du cerf à Chambord

Cervus elaphus
Artiodactyla - Cervidae

J'ai enfin rassemblé mon courage pour regarder et préparer mes photos,
ce qui m'a fait revivre ces derniers instants partagés avec Patrick qui était si heureux d'avoir enfin l'occasion de voir et de photographier le spectacle magique de ces grands animaux au moment du brame, puisqu'il est devenu quasi impossible de le contempler dans les Pyrénées de ma région pour les différentes raisons mentionnées dans des articles précédents.

Mais avant de vous présenter ces images faites pendant notre premier et dernier jour dans ce parc exceptionnel, je voudrais remercier du fond du cœur mes amis et amies qui m'ont apporté un soutien moral précieux et leurs pensées affectueuses par le biais de ce blog, par mail ou par téléphone, pendant ces dernières semaines:

Jean-Louis et Nicole, Serge et Jean-Paul, Bill et Nika, Corrie, Diane, Breathtaking, Nath et JC, Lucie, Jacques et Jocelyne PREVOT, Jean et Lulu Citharel, Stéphane Villers, Josy33, Roos, Pascale Delalandre, Chamamy, Christiane Beaudemoulin, Mariette, Carolle Trilla, Louise-Fundy Blue, Vieux Matou, Sophie Giraud, Miguel, Bernez.legoff, Mitou la bretonne, Antonio PG, Fernando SC, Félix Fernández, Mariette, Elfi, Nick Morgan, Lycène, Richard and Linsay Pegler, David and Miriam, Lavana, Gunilla, Framboise, Sylvaine Boisson, Warren Baker, Pulsatilla, Eric Delobelle, KeesvanD, Pastfotos, Vincent Esquiroux, Roy Norris, JiPehel, Morikan, Michel Auriac, Laura Shenda, Olivier Payen, Blas, Pescalune, Lylytop, Marco Luyjken, Anna Minguez Corella, Consuelo, Pete Woodruff, Chatou11, Roger et Ginette, Alain et Colette, Corinne Kozik, Fram actual, German Ibarra, Tilia, Adamante, Olivier Bailleux, Focales, Floralie Wolff, Monica et la mer, Quichottine, Marie Thé Baumard, Nays, Beatriz, Crislo gouby, Andree Gab, Pierre (de chez Pascale MD), Mbindo16,  Eki Eder, Flodarom, In the mirror, Nathalie, Tawaki, Isa, Chamoiselle (Dominique), Laurent, Teresa Herrero, Helma, Cergie, Claude, Hernán Tolosa, Ma Ninou et beaucoup d'autres qui ne lisent pas mon blog mais qui comptent parmi mes très bons amis.

Et aussi et surtout mes deux fils, mes deux lumières, si solidaires et si soudés malgré la distance, chacun à un bout de la planète, avec lesquels je partage leur grande douleur d'avoir perdu leur papa.

Une importante page de ma vie se tourne mais j'ai encore bien du mal à la lâcher. Je n'ai pas encore l'envie de reprendre la photo et donc mes prochains articles seront un résumé de prises de vues réalisées cet été.

Pour se retrouver au cœur de ce grand moment à Chambord, il faut passer ses nuits à l’hôtel Le Grand Saint-Michel, un charmant hôtel 2 étoiles familial que je remercie encore tout particulièrement pour leur accueil et leur geste à mon égard en ce sombre 30 septembre. Je tiens également à remercier ici très sincèrement Monsieur André Joly, maire de Chambord, et Armonie qui m'ont prêté tous deux des épaule solides et tellement amicales.

Le Domaine national de Chambord est le plus grand parc forestier clos d’Europe avec ses 5400 hectares, il est inscrit au réseau écologique européen NATURA 2000 en zone spéciale de conservation, sa surface classée représente 4694 ha.
C'est donc l'endroit idéal pour apercevoir ces grands mammifères, les écouter et les voir se battre particulièrement au moment du rut - comportement unique chez nos mammifères européens - qui se déroule environ entre le 20 septembre et le 20 octobre chaque année. C'est une période de grosse fatigue pour les grands mâles qui s'alimentent peu, chacun voulant établir sa suprématie sur le plus grand nombre de biches possible, qui doivent dissuader les autres prétendants souvent par des combats violents.
Toutes les biches n'étant pas prêtes au même moment, ce sont des vas et viens fatigants pour s'assurer de la disponibilité des unes ou des autres en évaluant leur état hormonal et s'accoupler. Le brame ou "raire" marque le début de cette période d'activité intense et les tonalités de chaque individu dévoilent un certain nombre d'informations qui permettent aux concurrents d'évaluer la puissance des mâles alentours. Les combats se déroulent toujours en terrain dégagé et les adversaires se retrouvent dans un état second qui canalise toute leur attention l'un contre l'autre.

En ce matin du 29 septembre, nous montons dans un petit mirador le long du canal; la lumière est en contre mais nous avons la chance de voir ce cerf sortir du bois et le traverser, un peu loin. Patrick ayant le 500 mm, j'avais opté pour la combinaison 300mm + convert 1/4 plutôt que le 80/400 dont le rendu est un peu moins bon quand le sujet est loin.




Il revient vers nous avant de bifurquer vers la droite, passant sur les boutis de sangliers, nombreux dans ce parc immense.



Plus tard dans la matinée, au mirador de la "Pièce du chêne", un autre animal fait son entrée sur la grande prairie. Ici, beaucoup sont de jeunes 12 cors avec une solide charpente prometteuse. Un plus vieux cerf se reconnait à un fanon développé, partie inférieure de l'encolure, ce qui n'est pas le cas chez beaucoup de ces jeunes animaux.
Sûr de lui, les testostérones au pic, celui-ci appelle un éventuel concurrent, pressé d'en découdre pour évacuer la pression.




Au fond de la prairie, un autre s'y prête mais un vrai combat n'aura pas lieu, les animaux sont fatigués et se réservent pour les plus sérieux qui ont lieu en fin de journée.  



Chacun marque sa place en frottant ses bois sur le sol.



Dans l'après-midi je pars me poster à la Gabillière, à 200 mètres de la Pièce du Chêne; moins d'animaux mais meilleure lumière. L'activité principale se déroule hélas dans la prairie du fond, derrière une haie épaisse qui longe un ruisseau. Toutefois, un 12 cors au bois gauche cassé lors d'un précédent combat apparait, exténué et se couche.







Il trouve encore l'énergie de bramer.



Deux ou trois sangliers passent mais les deux espèces s'ignorent royalement.




Plus tard les hormones le chatouillant, le cerf se relève et marque sa placette:


Dans de prochains articles vous pourrez voir ou découvrir la violences des combats.

Pour plus d'infos sur le Cerf élaphe, je vous recommande les excellents sites de François Ribeaudeau et de Jean-Paul Debleau.

Voir aussi:
Le milieu naturel de Chambord: végétation, nature des sols, faune.

7 oct. 2015

Infarctus mésentérique

 Please dear English readers, use the translation to understand what happened, I don't feel up to write this in different languages, but the Mesenteric infarction is rare, brutal and clinical signs can be so ambiguous that it could save the life of a dear relative.
Many thanks for your support and kind words, you all have proved great friends. Right now I feel devastated and empty and I cannot handle replying to each of you.


Por favor queridos amigos hablando Español, utilice el traductor, no tengo el coraje de hacerlo yo, pero es muy importante que usted lea esto el fin de comprender que el Infarto mesentérico existe y ser prevenidos para poder interpretar los síntomas muy rápidamente y posiblemente salvar la vida de uno de sus  pariente cercano.
Las causas son múltiples, tabaco, estrés, gran cansancio, etc.
Mil gracias para vuestros palabras, me van al corazon, pero no tengo la fuerza de responder a cada uno como pueda imaginarlo.


Chers amis et amies,
Je ne peux pas trouver les mots pour remercier assez de tous vos témoignages amicaux et si chaleureux.
Quelque part, tous vos messages de soutien m'aident à réaliser que je ne suis pas dans un cauchemar dont je vais me réveiller, ils m'ancrent dans une réalité terrible et en même temps ils me réconfortent.
Je ne suis pas une personne à étaler ma vie comme vous vous en êtes rendu compte mais je tiens à vous expliquer ce qui s'est passé car cela pourrait peut être sauver la vie d'un de vos proches.

L'infarctus mésentérique est un accident de santé rare et méconnu du grand public, et pas toujours correctement interprété par le corps médical.

Son diagnostic est très difficile car il n'y a pas de symptômes qui le caractérisent et il en présente une gamme très variée depuis le mal de ventre classique à l'état de choc.
L'interruption de la vascularisation intestinale entraîne une Ischemie dont l'infarctus mésentérique est la forme la plus sévère. Elle entraîne brutalement la nécrose d'un segment intestinal rapidement irréversible. Un caillot de sang (embolie) se coince dans une partie plus étroite de l'artère qui alimente le mésentère et tous les organes digestifs. Le résultat est une nécrose de tout le système cardiovasculaire avec des conséquences brutales et irréversibles.

Il s'agit d'une urgence médico-chirurgicale.

L'affection est terriblement foudroyante, imprévisible et rare - et représente 1% des admissions en service. Le diagnostic est souvent tardif, les symptômes pouvant être confondus avec d'autres comme la colite par exemple; elle est responsable d'un pourcentage élevé de mortalité.
Patrick n'a pas montré tous les signes caractéristiques annonciateurs, il avait passé 5 ou 6 heures sans bouger dans un des affûts de Chambord, et j'ai immédiatement pensé qu'il était resté trop longtemps assis dans une mauvaise position quand il m'a dit qu'il devait rentrer à l'hôtel car il avait un peu mal au ventre. Il a pris un Doliprane et nous sommes allés diner, puis il s'est levé une ou 2 fois dans la nuit pour prendre du Spasfon mais je ne l'ai pas entendu. A 6h00 du matin il a repris un cachet, et j'ai décidé de descendre annuler l'écoute du brame pour 6h30, mais il m'a dit d'y aller, qu'il préférait se reposer un peu et que si ça n'allait pas mieux à mon retour à 10h00, nous irions voir un médecin. Ne voulant pas qu'il se sente coupable de me retenir 3 heures dans la chambre et à mille lieues de me rendre compte de ce qui se tramait, j'y suis allée.
Quand je suis rentrée, il s'était habillé, avait sorti le café, mais je l'ai trouvé sur le lit, le visage serein, tout était fini depuis trop longtemps pour le ranimer.

Même si nous avions eu l'information sur cette affection et qu'il soit allé aux urgences immédiatement, la chance de le tirer d'affaire était faible mais elle existait, et c'est pourquoi j'ai pris la décision de vous l'expliquer pour que vous sachiez reconnaitre ces symptômes et peut-être contribuer à sauver un être proche; vous trouverez plus de détails sur internet.

Encore mille mercis à tous et à toutes, je ne peux évidemment pas répondre à chacun d'entre vous comme vous pouvez l'imaginer mais vous avez toute ma gratitude.
Il me faudra encore du temps pour revenir sur la blogosphère.
A bientôt avec toute mon affection


1 oct. 2015

Désolée de devoir mettre ce blog à l'arrêt, mais mon mari est décédé le 30 septembre pendant notre voyage brutalement à Chambord.
Merci du fond du cœur à vous tous et à toutes de m'avoir si fidèlement suivie sur les chemins de ma nature. Je ne sais pas quand je le reprendrai.
Toute ma profonde amitié.

I am very sorry to have to put this blog to a stand still, but my husband died at Chambord on the 30th of september very suddenly.
Many many thanks to every one who followed me though my vision of nature, I have no idea at this stage when I will resume blogging again.

My deepest sympathy to all.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...