L'HUMANITE ATTAQUE LE GRAND ARBRE DE VIE A LA TRONCONNEUSE:

HUMANITY IS FELLING OUR TREE OF LIFE,
PLEASE SIGNE THE PETITION HEREUNDER FOR OUR CHILDREN:


Signons la pétition
destinée à nos dirigeants, pensons au monde que nous laisserons à nos prochaines générations :


Signez la pétition

Nous avons dépassé les 780000 signatures!

16 juil. 2014

Libellule: de la larve à l'imago

Cet être aquatique rébarbatif va se métamorphoser en cet insecte magnifique d'une technologie parfaite qu'est la libellule.

~   ~   ~   ~   ~  ~   ~   ~   ~   ~  ~
To my english speaking followers and friends... Please use the translator exceptionally, I do not have time to write this post in english, sorry ;-)

A.   La larve

Elle vit en milieu aquatique pendant la plus grande partie de sa vie; le temps qu'elle passe sous l'eau dépend de l'espèce à laquelle elle appartient. Généralement, plus la libellule est grande plus le temps de vie de la larve est long. Il peut atteindre jusqu'à 6 ou 7 ans! Les plus grandes (Aeshnidés, Cordulegastridés...) peuvent mesurer jusqu'à 5 cm.
Selon son espèce, elle va muer plusieurs fois en augmentant le nombre de ses segments abdominaux et les dernières mues vont la préparer à sa vie aérienne.

Vue sur les fourreaux ailaires du dos qui contiennent déjà l'essentiel des ailes:

Larve d'Aeschne des joncs, prête pour l'émergence
Aeshna juncea



 
Carnassière, elle croque à belles dents tout ce qui bouge de sa taille ou plus petit et peut même s'attaquer à des têtards de batraciens plus grands qu'elle! Sa technique en embuscade est redoutable, elle les attrape en projetant son masque (ou lèvre inférieure) situé sous sa tête; il fonctionne un peu comme un bras replié au repos et qui se détend brusquement.

Larve vivante à la surface de l'eau, retournée sur le dos, on lui voit le masque replié entre les pattes avant:

Aeshna juncea


Vue plongeante sur les crochets (palpes labiaux) du masque, repliés l'un au-dessus de l'autre, qui permettent à la larve de saisir sa proie:

Aeshna juncea

Sa respiration est complexe mais pour abréger, elle s’effectue par la ramification des branchies rectales situées dans la zone du rectum.
Avant d'émerger, elle cesse de s'alimenter et entre dans une phase particulière où certains changements s'opèrent sous l'influence de l'ecdysone - hormone stéroïde intervenant notamment dans le processus de la mue de certains insectes - sans qu'elle ait encore à s'immobiliser.
Peu avant sa sortie définitive de l'eau, elle remonte de plus en plus souvent à la surface pour commencer à respirer l'air, suite à la résorption des ramifications branchiales. Si les conditions sont adverses, temps froid ou pluvieux, elle peut retourner à l'eau pour en attendre de plus favorables.



B.   L'émergence:

Quand la larve a trouvé un support stable, roche ou tige végétale, elle s'installe à la verticale, tête vers le haut puis elle se fige; c'est le moment ou la libellule est le plus vulnérable et ou les déformations et les chocs sur la kératine encore molle de l'exosquelette peuvent la condamner à mort.
Elle a lieu le plus souvent le matin assez tôt et  dure plusieurs heures en fonction de l'espèce; elle peut s'étaler sur la matinée voire jusque dans l'après-midi en fonction de l'état physique de la larve, des conditions météo ou de la présence de prédateurs comme fourmis, araignées, mouches, oiseaux, etc...

La libellule commence en craquant son exuvie par le dos et se bascule à l'envers; lorsqu'il est presque entièrement sorti, il se redresse d'un mouvement brusque et s'y raccroche avec ses pattes: elle va lui servir de support pendants les quelques heures nécessaires à son expansion et à son séchage. Son aspect verdâtre est dû à la couleur de son sang ou hémolymphe pompée dans le corps.

Photos faites avec un bridge Nikon P100 en 2011

Aeshna juncea


On peut voir les "fils", ramifications branchiales qui permettaient à la larve de respirer sous l'eau; les ailes sont encore toutes chiffonnées:



La libellule a quitté cet exosquelette qu'est l'exuvie et sous la forme de laquelle elle aura passé la majeure partie de sa vie.



La taille de la tête a doublé:



Peu à peu la lymphe se résorbe et l'insecte commence à s'assombrir:

Aeshna juncea

Libellula fulva, F

Libellula fulva, F


Enfin voici un "nouveau-né", ses marques corporelles sont à présent bien visibles.
Il se repose un long moment après la grosse fatigue de sa sortie de l'exuvie, les yeux sont glauques et le resteront encore quelques jours:
Aeshna juncea


Voir [ICI...] l'histoire du sauvetage de la larve d'un Onychogomphe de la gueule d'un poisson sur les rives de l'Ardèche, à sa sortie de l'eau pour émerger.


C.   L'imago

Les ailes méritent qu'on leur consacre tout un article!
Ce sont les organes de vol les plus sophistiqués dans le monde des insectes.
Revenons un instant au moment de l'émergence:

A l'émergence, chez les anisoptères (les libellules) - par opposition aux zygoptères (les demoiselles) - les ailes sont d'abord opaques avec une teinte verdâtre due à l'hémolymphe.

 


Dès que celle-ci se retire de la nervation - réseau rigide de nervures qui sous-tend l'aile et sépare les cellules - elles deviennent transparentes et fines comme un film plastique légèrement rigide.




La description des ailes a été codée: les nervures principales délimitant des champs (anal, discoïdal ou post-discoïdal) qui se divisent eux-même en cellules secondaires. Ceci permet d'identifier les genres très précisément.

Elles sont terriblement fragiles et tenter de saisir la libellule par ses ailes à ce moment-là de sa vie est la condamner à coup sûr: les ailes ont toutes les chances d'être détériorées ou de rester collées.

Orthetrum albistylum 
Codification très simplifiée de l'aile et
réflexion de la lumière
montrant les indentations


Les 2 paires d'ailes indépendantes permettent à la libellule un vol parfaitement précis. Elle peut faire du sur-place, des piqués éclairs, reculer, voltiger, se stopper net pour repartir en sens inverse, ne laissant aucune chance à la proie ciblée!

La réflexion de la lumière permet de voir qu'elles ne sont pas plates mais indentées, particulièrement sur la partie supérieure:

Orthetrum cancellatum immature



Chez la libellule le terme hyalin s’applique aux ailes des jeunes émergés; il se comprend comme translucide, réfléchissant intensément la lumière.

Définition de hyalin, hyaline:
Du latin hyalinus et du grec hualinos, qui a l'apparence, la transparence du verre.

A force de regarder les mâles recherchant les femelles pour s'accoupler, j'ai remarqué qu'ils ignorent celles dont les ailes sont hyalines. Sans être une fonction à proprement parler, cette réflexion intense de la lumière doit agir comme un phare dans l'océan... de verdure et les prévenir qu'elles ne sont pas prêtes!

Libellula quadrimaculata mâle immature


Libellula quadrimaculata mâle immature

Libellula quadrimaculata, mâle immature



Détail des ailes d'un mâle Libellule fauve adulte:

Libellula fulva, mâle adulte


Les ailes restent transparentes jusqu'au vieillissement, phase finale de l'imago (insecte adulte):
Aeshna affinis, cœur copulatoire
Les ailes commencent à se déchirer, cette femelle arrive en fin de vie.


 Les ailes sont également un moyen de contact... primitif peut-être mais enfin! On peut les entendre vrombir lorsque les mâles sont excités par la présence de femelles ou énervés par un intrus, je l'ai noté particulièrement avec les Anax empereurs. Les femelles en font autant pour impressionner les mâles quand elles refusent l'accouplement et si cet avertissement n'est pas suffisant, elles se laissent tomber dans la végétation pour se cacher.

Anax imperator, femelle refusant l'accouplement
et cherchant à pondre

Mode vie de l'imago:

La libellule a gardé son expérience de chasseur redoutable et ses proies sont maintenant les diptères, hyménoptères, lépidoptères et autres bestioles qui prolifèrent dans les zones de maturation, pour atteindre un complet développement.




A ce stade, elle doit attendre environ 2 semaines pour être prête pour le but ultime: la reproduction; ce temps s'appelle la maturation.
Généralement les femelles ne vont pas changer de couleur sauf en vieillissant, elles ont alors tendance à s'assombrir considérablement.
Chez certaines espèces, les mâles eux vont carrément changer leurs couleurs comme par exemple Orthetrum cancellatum, Libellula depressa ou encore L. fulva qui virent du jaune au bleu.
Chez le mâle Crocothemis erythraea, le changement de couleur est flagrant.

Pendant quelques jours il garde la même couleur que la femelle...

Crocothemis erythraea,
Les cerques rapprochés de ce mâle le trahissent en tant qu'immature


...puis petit à petit vire du orangé à sa couleur d'adulte:

Crocothemis erythraea, mâle maturant

pour arriver à ce rouge intense:

Crocothemis erythraea, mâle adulte



Plus subtile ici, le changement de couleur de ce mâle d'Aeschne affine; on peut voir le bleu définitif gagner l'abdomen par le bout:
  
Aeshna affinis, mâle maturant



Bibliographie:
-  Les libellules de France, de Belgique et Luxembourg
D. Grand et J.-P. Boudot, Parthenope Collection
-  Guide des Libellules de France et d'Europe
K.-D. B. Dijksrta, Delachaux et Niestlé

Liens Internet:
-  Odonates 19, Paul Testard

20 commentaires :


  1. Merci pour cette excellente exposition sur la vie des libellules.

    Los photos sont superbes.

    Abraço

    Olinda

    RépondreSupprimer
  2. Une superbe présentation surtout merveilleusement illustrée . Les Libellules ne cessent de fasciner! merci on ne se lasse pas de voir tes belles images, surtout celles des larves bien plus difficiles à observer!
    Bon déplacement à tous les deux!

    RépondreSupprimer
  3. Sometimes it's a big laugh as I try to figure out what the translator is trying to translate! Joking aside this post was wonderful. In my class we used to study metamorphosis and sometimes got butterfly larva and watched them develop into butterflies. I would have loved to share this post with my students. Your photos are stunning. I really love the one of the dragonfly clinging to the grass blade (# 5 up from bottom). Thank you, yet again Noushka, for sharing your world, knowledge, and exquisite photographs with us! Take care!

    RépondreSupprimer
  4. Muy interesante, las fotografías espectaculares. Un saludo desde Cantabria, España.
    http://faunacompacta.blogspot.com.es/

    RépondreSupprimer
  5. La photo en plein vol est une merveille et un exploit.

    RépondreSupprimer
  6. Bravo et merci Noushka pour cet exposé magistral.
    Je n'ose imaginer le nombre d'heures d'observation obstinée nécessaire pour réussir toutes ces photos qui sont absolument parfaites.
    Il me faudra réviser sérieusement si tu fais une interro !!!
    J'ai observé en temps réel ces métamorphoses chez la coccinelle et le machaon, c'est tout...
    Gros bisous et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. Hello Noushka, what a great post! Your information and photos are wonderfully detailed.. Thanks for sharing your amazing photos. Enjoy the rest of your week!

    RépondreSupprimer
  8. Fascinating moments. You're a good teacher . . .

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Noushka,
    Un exposé complet aussi bien en textes qu'en photos, permettant de se rendre compte de l'exceptionnelle métamorphose que subit cet animal. Que de temps passé au bord des étangs pour saisir l'ensemble des photos, toutes techniquement nickels. J'ai construis il y a deux ans des micros aquariums de 2 cm de large pour 7 cm de haut et de long, ceci afin de photographier des larves aquatiques, mais pas encore utilisés !.
    Merci de prendre du temps pour écrire un tel article.
    Je te souhaite une bonne journée,
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  10. Noushka, I'll say it again - it's high time you wrote your own illustrated book on the Odonata! This is a fabulously illustrated and interesting account, even if Google Translate does make a pig's ear of it for much of the time!

    I hope that you're now enjoying better weather. Ours has improved greatly this week but they're promising thunder storms and heavy rain for Saturday. Oh well!!

    RépondreSupprimer
  11. Dearest Noushka,
    Incredible photos from the life of a Dragonfly from larvae into adult stage. It is so incredible how they actually molt. Wish we could do that too...!
    Thanks for sharing this remarkable insight.
    Kindest regards,
    Mariette

    RépondreSupprimer
  12. Como siempre!!!!! ESPECTACULAR!!!!, espero que esteis los dos bien,,un fortisimo abrazo amigos

    RépondreSupprimer
  13. Superbe boulot ! Et l'illustration est à la hauteur, magnifique ! J'espère que que nous fera la plaisir de le publier sur LFA ! Hum ? Je me suis offert le cahier d'identification dont tu parlais l'autre jour (Ed. Biotope) : parfait mais un bémol sur les photos, certaines couleurs trop poussées ! Cdlt, M.

    RépondreSupprimer
  14. Hola querida amiga Noushka,una semana muy entretenida y variada en especie de libelulas con gran documentacion informativa,un gran trabajo fotografico,bellas tambien son las del Pico picapinos y como siempre magnificas imagenes.Un fuerte abrazo y feliz domingo

    RépondreSupprimer
  15. What a wonderful and timely post, Noushka! I am trying to learn more about Odonata and your blog is a valuable tool for me! Your high quality images make me feel bad about my own poor photographs, but I am very happy to be able to see them!

    Have a good weekend!

    RépondreSupprimer
  16. I am deeply impressed by this beautiful nature images of the birth of a dragonfly. What hb you know this visionary sich display. Small sample in the water until hatching and drying a beautiful dragonfly. Truly a very big compliment.

    Greeting, Helma

    RépondreSupprimer
  17. Je relève dans les commentaires ci-dessus:Deeply Impressed, espectacular, Wonderful, magnificas, incredible...
    Que dire de plus? Je suis de tout cœur avec eux!
    Très bel article Noushka, bien plus complet que bien des ouvrages!
    et si bien illustré, Bravo!

    RépondreSupprimer
  18. Excelentes imágenes e interesante documento.. Enhorabuena.. Un abrazo..

    RépondreSupprimer
  19. Mon mari rentre après avoir poncé les volets et je lui dis d'emblée : tu sais la nouvelle qui m'a surprise aujourd'hui ? d'apprendre que les larves de libellules peuvent vivre 5 à 7 ans ! Me crois tu ? il a éclaté de rire tant il ne s'attendait pas à cette réponse !
    :-) Je lis avec grand intérêt ce que tu écris avec passion et connaissances poussées. Et je me sens un peu nulle ! et que de patience d'observation... le résultat des photos est époustouflant ! Je reste en admiration sincère Noushka . bravo bravo !
    amicalement Nanou

    RépondreSupprimer
  20. Ça c'est du dossier, tu réussis à nous scotcher à l'écran, de nombreuses réponses à nos propres observations et des prouesses de captures, le must de la photo naturaliste. ^^

    RépondreSupprimer

Many thanks for your kind words!
Considering the Translator does not translate properly, I WRITE ALSO IN ENGLISH FOR MY FOLLOWERS' COMFORT...
PLEASE RETURN THE FAVOR:
LEAVE YOUR COMMENTS IN ENGLISH or SPANISH, many thanks...

GRAND MERCI DE VOTRE VISITE,
Je ne peux pas répondre à vos commentaires ici mais je passe sur vos blogs dès que possible ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...